louislaouchez

1968/1977

Presse Exposition à l’Institut français d’Haïti du 23 avril au 11 mai 1976.

« Le nouveau monde » du 6 mai 1976, Texte de Roger Gaillard, « Le petit samedi soir » du 15 au 21 mai 1976, Texte de Clitandre. Chez Laouchez l’emploi de la matière brute, le sable, les écorces, et de déchets mousseux traduit une vibrance et une violence antillaises : entre le calypso et la misère angoissante …. Couleurs sombres où le noir et la terre brulée (ocre foncé) se marient avec des nuances isolées de blanc, des teintes de macadam et de bitume, des structures de signes cabalistiques ou hiéroglyphiques voisinant dans la violence sèche des rouges incertains, des gris cendreux et de l’horreur du charbon.: Laouchez situe ses créations entre la force brutale et la sensibilité chromatique.

Gardons contact

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. 

Translate »