louislaouchez

1968/1977

Presse France-Antilles du 7 janvier 1976

On n’explique pas, on ne démontre pas. On ne détaille pas, on ne parle pas devant ces toiles-objets. On les regarde, on les absorbe par les yeux; on s’en imprègne, on vibre de leurs vibrations. Que provoquent-elles ces toiles – car elles sont provoquantes – d’abord en effet de surprise, d’étonnement auquel fait place insidieusement un charme dont on ne peut se défendre, puis c’est l’envoûtement, on bascule dans un autre monde, un monde nouveau.

Gardons contact

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. 

Translate »